Le traitement du cancer de l’enfant est l’un des grands succès de la médecine moderne. En effet, le taux de guérison est passé de moins de 20 % voilà à peine 25 ans à plus de 80 % de nos jours.

Ce succès a été possible grâce à l’implication de parents, au dialogue entre médecins, à la collaboration avec les chercheurs et beaucoup grâce au support de fondations comme les Gouverneurs de l’espoir.

Mais il reste encore beaucoup de travail à faire. Malgré ce succès, le cancer demeure toujours la principale cause de décès par maladie chez les enfants. Il est urgent de sauver ces 20 % d’enfants qui ne répondent pas aux traitements actuels et qui décèderont de leur maladie. Le taux de guérison stagne depuis 20 ans, faute de nouvelles thérapies.

unnamed
François, le courageux!

Pourquoi la Chaire François-Karl Viau en oncogénomique pédiatrique de l’Université de Montréal?

Le principal but de la chaire est d’appliquer la génomique à l’oncologie pédiatrique. Ce nouveau champ de recherche combine les techniques de biologie moléculaire, de génétique et d’épidémiologie moléculaire afin de permettre de découvrir de nombreuses variantes fonctionnelles dans les gènes et protéines intervenant dans l’étiologie du cancer chez les enfants.

Sinnett-Daniel-chercheur-CHU-Sainte-Justine
Daniel Sinnett, titulaire de la Chaire François-Karl Viau en oncogénomique pédiatrique de l’Université de Montréal

Grâce à notre expertise et à l’accès à de nouvelles technologies nous sommes maintenant capable d’interroger le génome (le livre de vie constitué de 3 milliards de lettres) des tumeurs.

Ces progrès spectaculaires ouvrent la voie à une médecine adaptée et ciblée en fonction du profil génétique de l’enfant, dans le but d’apporter une réponse thérapeutique.

Nous gagnerons le combat un patient à la fois!

  • Dr Daniel Sinnett

Quels sont les objectifs de la Chaire FKV?

Le service d’hémato-oncologie de l’hôpital Sainte-Justine constitue le lieu idéal pour ce type d’étude puisqu’il est responsable du diagnostic et du traitement de plus de 60 % de tous les cas de cancers pédiatriques dans la province de Québec. Nous sommes donc dans une position unique pour appliquer l’oncogénomique aux cancers pédiatriques.

  • Identifier de nouveaux gènes de susceptibilité et leurs variations fonctionnelles (polymorphismes) qui contribuent à la variabilité entre individus du risque de contracter la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL).
  • Effectuer des études d’épidémiologie génétique et moléculaire afin d’évaluer l’association qui existe entre les variantes nouvellesde gènes, les phénotypes cliniques ou moléculaires chez les patients ou les populations humaines.
  • Élaborer des nouveaux modèles et de nouveauxs outils informatiques pertinents (bio-informatique) pour analyser l’effet fonctionnel des variantes de l’ADN.
  • Identifier de nouveaux gènes candidats en combinant des méthodes fonctionnelles de génomique et de protéomique.
10896_790847497616601_1501399897243789733_n
La coquette Viviane, inspirante par sa soif de vivre!