Francine Laplante est la fondatrice de la Fondation des Gouverneurs de l’espoir.

D’abord une mère

L’histoire de Francine Laplante n’est pas banale! Femme d’affaires accomplie, elle est d’abord et avant tout la mère de 5 enfants. Son fils naturel, François-Karl, qui a aujourd’hui 26 ans, a été diagnostiqué d’un cancer des glandes à l’âge de 5 ans. Ses autres enfants – Charles-Alexis, Louis-Thomas, Lionel et Rose-Emmanuel – ont été adoptés, et forment tous ensemble la grande famille Viau-Laplante.

famille_Francine_2015
Famille Laplante-Viau, mai 2015

Une promesse

La vie de la famille a basculé en 1998 quand François-Karl  a reçu son diagnostic de cancer : 2 ans de traitements éprouvants suivis de 5 années de suivi médical constant ont mené à l’heureuse nouvelle de sa guérison en 2005. La famille aurait pu pousser un soupir de soulagement et tourner la page, mais une promesse à la vie avait été faite par Francine en 1998 : redonne la santé à mon fils et je promets de consacrer ma vie aux enfants malades.

Francine_Bal_2013
Bal des Gouverneurs 2013 – Louis Morissette, Julie et Francine Laplante

Une fondation est née!

Ainsi est née la Fondation des Gouverneurs de l’espoir, une fondation pas comme les autres parce qu’elle agit sur le terrain : bien sûr, au fil des ans, la Fondation a consacré des sommes importantes à la recherche et au mieux-être des enfants atteints de cancer (environ 5 millions $), mais les investissements les plus imposants (environ 6 millions $) ont été réalisés petit à petit auprès de familles dont la vie a été complètement bouleversée par le cancer.

Depuis sa création en 2002, la Fondation a recueilli 12 millions de dollars et a soutenu des dizaines de famille en les aidant concrètement, alors qu’elles ne savaient plus vers qui se tourner.

Accompagnement

Même si Francine a développé un talent extraordinaire pour amasser beaucoup d’argent, son rôle le plus important, c’est celui d’accompagnante. En 16 ans, elle a accompagné des dizaines d’enfants et de jeunes adultes qui vivaient avec le cancer et elle a tenu la main de 37 enfants et jeunes adultes qui, un jour, sont arrivés au bout de leur trop courte vie. Sa grande humanité et sa compassion n’ont d’égal que sa détermination à améliorer les conditions de vie de ses jeunes amis, des qualités précieuses pour les parents désemparés par la réalité de la maladie dans leur vie. Francine a réellement fait la différence.

Francine_mars 2013_1365X2048

Francine a même poussé ses convictions et son dévouement jusqu’à se faire tatouer le prénom de plusieurs de ces enfants sur sa poitrine, près de son cœur.

Leurs noms tatoués sont le rappel constant de sa mission, dans lequel elle puise le courage de continuer quand la vie la met à l’épreuve.

Une autre fondation est née!

Se rendant compte que certains de « ses » enfants rechutaient à l’aube de l’âge adulte, Francine lance la fondation Néz pour vivre en 2014 pour s’occuper des jeunes de 18 à 35 ans qui font face au cancer.

Campagne_nez_pour_vivre
La famille Viau s’est complètement impliquée dans la campagne Néz pour vivre

Être un jeune adulte malade au moment où la vie se construit et les familles se fondent décuple le désarroi et ajoute à la tragédie, surtout que rien n’est prévu dans le système pour leur venir en aide, ils ne sont que des malades de plus dans la machine de la santé.

Marie_eve_Janvier_Alex_nevsky_Francine
Marie-Eve Janvier, Alex Nevsky et Francine Laplante

Grâce aux campagnes de vente de nez rouge, soutenues par des artistes et des personnalités de tous les milieux, Néz pour vivre est là pour agir concrètement auprès de ces jeunes en leur offrant un soutien financier, une bouée de sauvetage qui leur permet de poursuivre leurs études, de maintenir un travail à temps partiel ou de carrément payer leur subsistance parce qu’ils sont seuls au monde et abandonnés.

francine_septembre_2016_tele
Francine Laplante, Jonathan Truchon, Denis Lévesque, septembre 2016

La fougue, la détermination, la ténacité de Francine sont au service des autres, et si sa vie familiale et professionnelle a souvent écopé de ses missions humanitaires, rien ne vient ébranler sa résolution de faire la différence. Le cancer est l’ennemi à abattre, un cas à la fois, une main tendue et une douce parole à la fois, et elle le sait mieux que personne.

juillet_2016

**

Francine_Medaille_1840X1469
Francine a reçu plusieurs honneurs dont la Médaille de l’Assemblée nationale en 2014 et la Médaille du service méritoire – division civile du gouverneur général du Canada en 2016 (photo).